Copyright 2024 - AdlC - CdP

Vote utilisateur: 3 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Index de l'article

.../...

Différentes méthodes furent expérimentées et nécessitèrent la construction successive de plusieurs usines.

Les différentes usines

En 1905, on construit une usine semblable à celles qui étaient utilisées en Afrique du Sud pour des minerais à or libre. C'est une erreur monumentale. Une deuxième usine est construite en 1907, puis une troisième en 1909,sur le modèle des usines australiennes qui traitaient des minerais analogues à ceux du Châtelet. Ses performances sont bien supérieures à celle de l'usine précédente, et seront améliorées jusqu'en 1914. C'est à cette époque que la production sera la plus importante. Le Châtelet est alors la première mine d'or de France.

Mine d or du Chatelet 11Visite du Conseil d’administration vers 1910

A la suite de la déclaration de la guerre, la mine et l'usine sont arrêtées. Elles sont entretenues jusqu'en 1918, date à laquelle on décide de noyer la mine. Son dénoyage sera entrepris en 1922.

De 1919 à 1922, les stations de broyage de l'usine sont utilisées pour produire de la barytine à partir du sulfate de baryte, industrie peu développée en France. La société acquiert une autre usine et d'autres gisements en France, mais le manque d'expérience et d'organisation entraîne des pertes importantes et l'abandon de cette production.

Mine d or du Chatelet 12Vue d’ensemble de la mine.
(collection Philippe Couty)

L'activité reprend en 1923. Les méthodes de traitement sont encore modifiées afin de diminuer les frais. Divers essais et tâtonnements, avec des erreurs ou des mises au point difficiles se succèdent jusqu'en 1927, où l'usine est modernisée et sa capacité de traitement augmentée (120 tonnes de minerai par jour).

Durant la deuxième guerre mondiale, des difficultés financières et diverses restrictions handicapent la production de la mine qui maintient néanmoins son activité.

Voici un exemple du traitement mis en place en 1926 qui montre sa complexité[1] : extraction – broyage et concassage (broyeurs à cylindres et à boulets, tubes mills) – concentration (cellules de flottation) – séchage – grillage (fours Merton) – cyanuration ( mélange de chaux et de solution cyanurée, 6 cuves de 40 tonnes) – précipitation (caisse contenant des copeaux de zinc) – dissolution du zinc (acide sulfurique) – fusion – or en lingots.

Mine d or du Chatelet 13Les cuves de malaxage. (collection Philippe Couty)

 

 Mine d or du Chatelet 14Construction de la charpente des fours Merton (collection Philippe Couty)

 

Mine d or du Chatelet 15Les fours Merton. (document Guiollard)



[1] Alors que, dans les bassins houillers, les 2/3 du charbon brut, après triage, criblage et lavage, peuvent être commercialisés.

Vous n'avez pas le droit de mettre des comentaires
You have no rights to post comments

Nous avons 1285 invités et aucun membre en ligne

f t g m

Recherche sur le site

Calendrier des évènements:

Mai 2024
D L Ma Me J V S
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

Connexion