Copyright 2017 - AdlC - CdP

Découvrir la Creuse:


LES RUES DE PARIS ET LES MACONS DE LA HAUTE MARCHE ET DU LIMOUSIN

* * * * * * *

Michel VILLEDO

Né à Jarnages (*) vers 1590 – Mort à Paris en 1667

Arrivé à Paris en sabots, Michel Villedo, par son courage, son habilité, son entregent et sa merveilleuse intelligence pratique, qui en fit un astucieux homme d’affaires et un habile spéculateur, se hissa jusqu’au sommet de la Gloire lorsque Richelieu le nomma : Général des œuvres de maçonnerie du Royaume.

Il fut avec Charlot, Marie, Barbier un des grands entrepreneurs et architectes de la première moitié du 17e siècle.

Une rue lui est consacrée dans le 1er arrondissement de Paris

20030600 Michel VILLEDO rue paris aPlan de situation de la rue Villedo (flèche)  

La rue Michel Villedo

(une bien petite rue pour un si grand entrepreneur et architecte)

20030600 Michel VILLEDO rue paris bAngle rue Sainte-Anne

Une petite rue certes, mais consacrée de son vivant, en 1655, à notre héros décédé selon Henri Gerbaud, le 9 décembre 1667, 2 ans après. Elle

joint le 41 rue de Richelieu au 32 rue Sainte-Anne sur 115 mètres de longueur.

Sa largeur varie de 5 à 10 mètres en raison de deux décisions administratives, la première du 3 frimaire An X et la seconde étant une ordonnance royale du 4 octobre 1826.

Les numéros 12, 10 et 8 sont anciens.

Au n° 39, mourut Diderot le 30 juillet 1784.

 Angle rue de Richelieu  Angle rue de Richelieu  Angle rue Sainte-AnneAngle rue Sainte-Anne

Cette affectation patronymique d’une rue ouverte en 1639 devait être, à cette époque, purement formelle puisque les rues de Paris ne portèrent une identification qu’à la suite d’une ordonnance de police du 16 janvier 1728 obligeant, en début et fin de voie, les propriétaires à clouer sur leur façade une plaque de tôle de fond jaune portant peint en noir le nom donné à la rue. Devant l’insuccès de cette mesure et les dégradations des plaques posées, on obligea dès 1729 une identification par insculpation dans la pierre.

C’est pourquoi, même pour des secteurs lotis à l’époque, il est difficile de reconnaître, avec les appellations contemporaines, les bâtiments ou les emplacements de bâtiments qui étaient des œuvres de Villedo.

Sous des dénominations actuelles, recherches des emplacements de bâtiments érigés par Michel Villedo.

Rue Rameau (ex rue Neuve Lepelletier)

N° 59 : Emplacement de l’hôtel construit en 1662 pour le fermier général Hénault. On rapporte une anecdote truculente d’un habitant du lieu au 18e siècle, le Riche de la Poupelinières époux de l’actrice Mimi Dancourt, battue et tenue prisonnière mais qui recevait néanmoins dans son lit le Duc de Richelieu qui descendait par une cheminée communiquant avec la maison voisine. Il devait être « chamouésé »(**).

N° 45 : Construction de Villedo, pour un de ses gendres.

N° 41 :Emplacement de l’Hôtel de Crussol (1660)

Rue Thérèse

Ancienne rue du Hazard (un tripot au n° 6) – Quatre bâtiments érigés.

Rue Molière (ancienne rue Traversière)

Une construction où il se logea.

Rue Sainte Anne(ancien chemin conduisant à la butte des Moulins)

Deux bâtiments : au 16 - 18 où habita Helvétius et au 47 Maison de Lulli.

Avenue de l’Opéra (non tracée à l’époque et dénommée Clos Georgeau)

Une construction démolie par Haussmann.

Nous avons 55 invités et aucun membre en ligne

f t g m

Calendrier des évènements:

Septembre 2017
D L Ma Me J V S
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Rechercher

Connexion